Actualités

31e réunion de la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19



La Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 s'est réunie pour la 31e fois ce Vendredi 10 décembre 2021, de 16h00 à 17h20, par visioconférence et sous la très haute autorité de Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU N'GUESSO, Président de la République, Chef de l'Etat.

A été invité à se joindre aux Membres de la Coordination Nationale le Professeur Antoine Ange ABENA, président du Comité d'experts.

Deux (2) points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir :

  • L'examen du 31e Rapport de la Task Force à la Coordination Nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ;
  • Les recommandations de la Coordination Nationale.

I/ - DE L'EXAMEN DU 31e RAPPORT DE LA TASK FORCE PRES LA COORDINATION NATIONALE DE GESTION DE LA PANDEMIE DE CORONAVIRUS COVID-19.

Invité par le Président de la République à prendre la parole, M. Firmin AYESSA, Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale, Président de la Task Force, abordant la situation épidémiologique mondiale, a indiqué que la situation de la pandémie à Covid-19 se caractérise par la persistance de sa gravité et l'apparition de nouveaux variants, tel que le variant dit « Omicron », ce qui a amené certains pays à prendre des mesures de restriction, dont certaines ont même conduit à un reconfinement. Le monde compte à ce jour 262 909 940 cas confirmés et 5 224 758 décès, soit un taux de létalité de 1,99%.

  • L'Afrique, a enregistré, depuis le début de la pandémie, 262 909.940 de cas confirmés et 5.224.758 de décès, soit un taux de létalité de 1,99%.
  • Sur les sept (7) derniers jours, la région Afrique a enregistré 568 811 cas confirmés et 6 871 décès.
  • Au Congo, la situation épidémiologique au 6 décembre 2021 indique 19.117 cas confirmés, 292 770 personnes testées, 1 568 cas actifs et 359 décès, pour un taux de létalité de 1,9%, ce dernier taux se situant légèrement en dessous de la moyenne africaine.

L'évolution des cas confirmés et des décès dans la période de mise en œuvre de l'opération coup de poing, qui couvrait 45 jours ouvrables, se présente ainsi qu'il suit :

  • 46 072 personnes ont été testées, soit en moyenne 1024 par jour; il y a encore à ce niveau un grand gap par rapport à l'objectif de 3 000 tests par jour ;
  • la tendance des cas confirmés est à la baisse, passant de 446 cas le 18 octobre à 50 cas le 6 décembre 2021 ;
  • Un total de 126 décès a été enregistré sur la période, pour un taux de létalité moyen de 4,10%;
  • Il faut noter que le pays a recensé un seul décès au cours des 7 derniers jours ainsi que 14 nouvelles contaminations en moyenne par jour.

Depuis le début de l'opération coup de poing Covid-19, le taux de positivité connaît une baisse régulière, alors que le taux de létalité connaît une évolution en dents de scie.

Poursuivant son propos, le Ministre d'Etat AYESSA, Président de la Task Force a fait un point de l'opération « coup de poing », lancée le 18 octobre 2021 par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement pour une durée de 45 jours ; il a rappelé que cette opération avait pour objectif d'endiguer la troisième vague qui commençait à déferler sur notre pays et ce grâce au renforcement significatif de la riposte, déclinée en sept piliers principaux.

L'évaluation du niveau d'exécution du pilier phare, à savoir la vaccination des populations, à la date du 6 décembre 2021 s'est effectuée en tenant compte de l'objectif de vacciner complètement 750 000 personnes au terme des 45 jours fixés.

A cet égard, les résultats suivants ont été observés :

  • 019 personnes complètement vaccinées en 45 jours, soit en moyenne 6622 personnes par jour ;
  • le niveau de réalisation de l'objectif vaccinal de l'opération coup de poing est de 39,73% sur la cible de 750 000 personnes ;
  • à la date du 06 décembre 2021, le nombre de personnes complètement vaccinées, depuis le lancement de la vaccination en mars 2021, est de 546 708, soit une couverture vaccinale nationale de 15,92% sur la population cible (3 433 294 = 60% de la populationtotale) ; rapportée à la population totale (5 722 158), la couverture est de 09,55%.

En définitive, l'opération coup de poing Covid-19, après 45 jours de mise en oeuvre, si elle a permis d'augmenter de manière significative le nombre de personnes totalement vaccinées, n'a pas permis d'atteindre l'objectif fixé de 750.000 personnes vaccinées.

Pour atteindre l'objectif du « pilier vaccination », soit 451 981 personnes supplémentaires à vacciner et sur la base de la cadence actuelle de 6 622 personnes par jour, un délai d'au moins 68 jours supplémentaires est nécessaire.

Pour la suite, la Coordination Nationale appelle les Congolaises et Congolais à se convaincre que la seule porte de sortie de la crise sanitaire que nous vivons, outre le strict respect des gestes barrières, est notre vaccination massive, seul moyen d'atteindre l'immunité collective.

A cet effet, il convient :

  • d'améliorer les performances des sites de vaccination (mobiles et fixes)
  • de renforcer le contrôle de pass-sanitaire au niveau des entrées et
  • sorties de Brazzaville et Pointe-Noire ;
  • d'amplifier le contrôle des pass-sanitaires dans l'administration publique et dans le secteur privé par les cellules de veille déjà installées.

In fine, l'opération coup de poing Covid-19, au regard des données analysées, même si l'objectif de vaccination assigné n'a pas été complètement atteint, a contribué à améliorer sensiblement la situation vaccinale du Congo, en permettant de vacciner plus de personnes en 45 jours (298 019 personnes) que durant la période allant de mars à novembre 2021, soit 7 mois (248.689 personnes).

Passant en revue les 6 autres piliers de l'opération « Coup de poing », la Coordination Nationale a relevé les points suivants

  1. mobilisation sociale et communication sur les risques de contracter la maladie ainsi que sur la vaccination : il importe de poursuivre la riposte en veillant à stimuler davantage l'engouement des populations à se faire vacciner par :
  • une meilleure coordination des actions de communication ;
  • une meilleure identification des populations cibles, de même que les moyens et les agendas pour les atteindre ;
  • une intensification de la campagne de proximité ;
  • une poursuite de la sensibilisation par les médias.
  1. laboratoire et recherche : l'objectif de ce pilier était de passer de 1 000 tests à 3.000 tests par jour. La Coordination Nationale acte les points d'amélioration suivants :
  • contracter avec les laboratoires privés pour une meilleure synergie dans le traçage des variants ;
  • mettre en place une équipe multidisciplinaire pour suivre les comportements des vaccinés ;
  • surveiller les personnes qui entrent au Congo et qui sont testées positives pour en déterminer les variants.
  1. prise en charge des malades de Covid-19 : la prise en charge s'est améliorée, effort conjugué à la décongestion des sites d'accueil des malades et de la baisse du nombre de décès ; la révision des protocoles thérapeutiques et la formation des agents au maniement des équipements ont produit des effets bénéfiques. Cette expérience doit être relayée dans les centres privés, pour une couverture plus large.
  1. renforcement de la coordination des interventions et leadership.

Ce pilier devant assurer la coordination et le leadership du comité technique de la riposte, l'implication de tous les acteurs concernés selon leurs différents niveaux d'intervention est à renforcer.

  1. surveillance épidémiologique : elle visait à redynamiser le suivi des contacts et des alertes concernant la pandémie à Covid-19. A cet effet, la Coordination Nationale recommande de renforcer le listage des cas et produire une base de données correspondante ; de mieux coordonner la gestion des alertes et le suivi des contacts et de mieux tracer les variants par une amplification des opérations de séquençage.
  1. contrôle du respect des mesures de prévention : après avoir pris note des éléments d'évaluation présentés, qui documentent l'action de la force publique, dans les deux grandes villes, Brazzaville et Pointe-Noire, à savoir :
  • 3 036 personnes interpellées et gardées à vue pour la nuit,
  • 5234 personnes rappelées à l'ordre ;
  • 186 véhicules immobilisés (véhicules mis en fourrière) ;
  • 149 motocyclettes immobilisées (motos mises en fourrière);
  • 10 769 prélèvements de la température corporelle (au niveau des points d'entrées/sorties) ;
  • 10386 véhicules contrôlés aux points d'entrées/sorties ;
  • accompagnement de 51 enterrements dignes et sécurisés (EDS) ; 841 patrouilles effectuées ;
  • 34 espaces de danse démantelés.

La Coordination Nationale a globalement noté les éléments suivants :

  1. La mise en œuvre de l'opération coup de poing a permis, couplée à d'autres facteurs, la baisse de la contamination et du nombre de décès. Cette tendance s'explique certainement par l'effet conjugué des actions mises en œuvre dans le cadre de l'ensemble des piliers ;
  1. Il convient de capitaliser les acquis de l'opération « coup de poing Covid-19 » et s'atteler à remédier aux faiblesses enregistrées ;
  1. La disponibilité du nombre de vaccins nécessaires permettra, grâce à l'amplification de la riposte, d'atteindre l'objectif d'immunité collective des populations.

II/ -DES RECOMMANDATIONS DE LA COORDINATION NATIONALE

  1. MESURES NOUVELLES

La Coordination Nationale note avec satisfaction que l'Opération coup de poing a rempli son office, à endiguer puis stopper la tendance dangereuse qui nous conduisait, début octobre 2021, à une troisième et forte vague de la pandémie dans notre pays.

La Coordination Nationale recommande donc l'arrêt de l'opération « coup de poing », tout en invitant les autorités compétentes à capitaliser sur ses acquis, notamment le fait de poursuivre la politique de puissante incitation à la vaccination, afin que notre pays atteigne au plus vite le taux d'immunité collective qui nous permettrait de sortir de la pandémie ;

La tendance épidémiologique baissière, principal acquis de l'opération coup de poing, amène les pouvoirs publics à procéder à l'assouplissement de certaines mesures.

Ces assouplissements, qui répondent à la résilience de notre peuple face à la pandémie, ne préjugent pas du fait que la crise sanitaire persiste et qu'elle oblige chacune et chacun d'entre nous à redoubler de vigilance, par le respect des mesures barrières et par le choix de la vaccination.

La Coordination Nationale recommande d'ailleurs que la période qui s'ouvre à partir de sa 31e Réunion de ce jour soit évaluée lors des premiers jours de janvier 2022. Si ces assouplissements ne se traduisent pas par un rebond de la pandémie, et ce grâce à la discipline de tous et de chacun, ils seront maintenus ; dans le cas contraire, les pouvoirs publics se réserveront alors la possibilité de prendre de nouveau des mesures de restriction.

Voici donc ces assouplissements :

  • Les assouplissements :
  1. Les mariages, civils, coutumiers, religieux ainsi que les dots sont de nouveau autorisés sur l'ensemble du territoire national, dans le respect des mesures barrières ;
  1. Le couvre-feu, qui était fixé de 20h à 5h du matin pour les week-ends et jours fériés à Brazzaville et Pointe-Noire, sera désormais de 23h à 5h du matin, comme pour les autres jours de la semaine. Le couvre-feu est donc fixé de 23h00 à 5h00 du matin tous les jours de la semaine, du lundi au dimanche inclus. Cette mesure entre en vigueur dès ce samedi 11 décembre 2021;
  1. Les marchés domaniaux sont autorisés à ouvrir 6 jours sur 7 au lieu de 5 jours sur 7 ;
  1. Les promenades en groupe sur les voies et espaces publics, sous condition du port des masques, sont désormais autorisées ;

La Coordination Nationale a également décidé de mesures ponctuelles et exceptionnelles liées aux fêtes de fin d'années.

Ainsi, la Fête de Noël et de la Nativité, qui se déroulera dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 décembre 2021, ne connaitra pas de couvre-feu.

Les Congolaises et les Congolais pourront ainsi célébrer leur réveillon, dans le respect des mesures barrières, notamment du port du masque en extérieur, bien entendu. Le couvre-feu sera de nouveau en vigueur le samedi 25 décembre 2021 à partir de 23h00.

De même, le réveillon de la Saint-Sylvestre se fera sans couvre-feu, dans les mêmes conditions que pour le réveillon de Noël. Ainsi, les Congolais pourront fêter la nouvelle année du vendredi 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022, dans le respect des mesures barrières là également. Le couvre-feu sera rétabli à partir du samedi 1er janvier 2022 à 23h00.

  • Mesures à renforcer
  1. L'obligation pour tous les agents et usagers de produire leur « pass sanitaire », preuve de leur vaccination pour accéder dans les services administratifs publics ou privés sera rigoureusement appliquée ;
  1. La force publique, sur la lancée de ce qui a été accompli durant l'opération coup de poing, va poursuivre et amplifier le contrôle des mesures de prévention et de respect des mesures barrières, ce qui a contribué à la tendance à la baisse des taux de positivité et de létalité ;
  1. En raison de l'apparition du nouveau variant Omicron et selon l'avis des experts notifié à cet effet la surveillance aux frontières, particulièrement dans les aéroports, sera fortement renforcée ;

Le dépistage par le couplage d'un test antigénique rapide et d'un test RT­PCR de confirmation sera amplifié ;

Les personnes testées positives devront être strictement mises en quarantaine.

Pour la mise en œuvre de ces mesures, les ministères de la santé, de la sécurité et de l'ordre public, des transports et des affaires étrangères travailleront en étroite collaboration.

  1. Les actions de mobilisation et communication de masse, notamment les actions de communication de proximité, devront être fortement renforcées pour parvenir aux objectifs visés d'immunité collective avec une couverture de 30% en fin décembre 2021 et 60% en juillet 2022. Pour y répondre, le pays dispose aujourd'hui de 1.143.549 doses tous vaccins confondus et attend de la partie chinoise 1.000.000 de doses de vaccin Sinopharm.

Enfin, les mesures suivantes sont reconduites.

B. MESURES RECONDUITES

(1) Proroger l'état d'urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt (20) jours à compter du 12 décembre 2021;

(2) Maintenir le port obligatoire et conforme du masque de protection ;

(3) Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières ;

(4) Poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention ;

(5) Recommander à toutes les catégories socio-professionnelles cibles de la vaccination de se faire vacciner et inviter les employeurs tant publics que privés à inciter leurs employés à en faire autant ;

(6) Organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination ;

(7) Organiser les conditions d'un dépistage systématique des voyageurs venant de l'étranger aux points d'entrée de notre pays ;

(8) Réaliser régulièrement des tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19 ;

(9) Maintenir l'interdiction de l'utilisation des tests rapides antigéniques salivaires dans les points d'entrée et de sortie du territoire ;

(10) Exiger la présentation, à la frontière, d'un test RT-PCR négatif de moins de 72h au plus pour tous les passagers au départ et à l'entrée du Congo, à l'exception des enfants de moins de dix (10) ans ;

(11) Organiser la mise en quatorzaine, à leurs frais, à Brazzaville et à Pointe­Noire, des personnes en provenance de pays à forte circulation des variants ;

(12) Obliger, sous peine de forte amende, les transporteurs en commun (autocars, taxis, trains, bateaux, hélicoptères et avions) et privés (voiture, bateaux et avions privés) à respecter la distanciation physique et à exiger de tout passager à bord le port conforme du masque de protection individuelle;

(13) Exiger des gérants des bars, restaurants et autres lieux de rassemblement à privilégier l'accueil des clients ou du public en extérieur et à aérer les espaces d'intérieur lorsqu'ils reçoivent de la clientèle ou du public ;

(14) Faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout événement familial, notamment les mariages, veillées funèbres, levées de corps et obsèques, situations particulièrement propices à la contamination à la Covid-19 ;

(15) Maintenir la fermeture des boîtes de nuit et autres lieux de danse ;

(16) Autoriser la reprise des entraînements et des compétitions de sports collectifs, tout en invitant les autorités compétentes, notamment les fédérations sportives, à s'assurer que le nombre de personnes autorisées à y assister soit de 50 personnes au maximum.

(17) Rendre obligatoire le test RT-PCR pour tous les passagers en provenance de l'étranger.

 

Fait à Brazzaville, le 10 décembre 2021

Pour la Coordination Nationale de Gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19,

 

Le Ministre de la Communication et des Médias Porte-parole du Gouvernement